Arrivée à Yola le soir, la guest house fait un peu peur, pas d’eau, pas d’électricité, et des insectes partout… Ca commence avec une énorme araignée sur le mur, trop dégueu…

araign_e
Ensuite c’est une gecko party autour de la lampe
gecko

(il y en avait au moins 10 !) Ca doit être encore mieux que notre barbecue de la semaine dernière !). Je suis vraiment contente d’avoir été invitée ! Peter asperge ma chambre de pchit anti-moustique avant d’aller dîner…
Le dîner est très sympa, pepper soup, semovita et stew, le tout pied nu assis sur des nattes, là je me sens dépaysée !
yolapeppersoup

Bon sauf que ça fait un peu bizarre de manger quand on est observée par 20 personnes qui me regarde avec des yeux tout ronds comme si j’étais la réincarnation de la vierge (et Dieu sait que je la suis pas, d’abord parce que moi c’est Jeanne et pas Marie, et puis parce que franchement le jour ou je serais enceinte, je pense accoucher à l’hôpital et pas à côté d’une vache, mais bon chacun ses gouts j’ai envie de dire…)
Bon je m’éloigne du sujet (vous remarquerez que j’ai une fâcheuse tendance à m’éloigner de mes sujets…)
Quand on revient, non sans avoir pris quelques bières avant avec Peter, je rejoins ma chambre pourrie, et là horreur, des énormes cafards gigotent les pattes en l’air sur mon sol.

cafard
Il y en a au moins 5… Trop dégueu, j’appelle à la rescousse « Peteeeeeeeeeeer ! » Peter débarque, un peu pompette, en caleçon, armé d’une tong (arme redoutable c’est bien connu) et procède à un concours de lancer de cafards hors de ma chambre. Ouf ! C’est à se moment là que je lève les yeux (penser à na pas lever les yeux la prochaine fois) et je vois une énorme araignée tranquillement installée, juste au dessus de mon oreiller (il fallait qu’elle s’installe au dessus de mon oreiller cette connasse, elle pouvait pas s’installer derrière un meuble ou dans un coin de ma chambre (sinon elle aurait pas pu regarder la télé !)) Horreur, enfer et damnation ! Peter l’écrase d’un coup de tong et la chose en question vole en éclat en giclant un peu partout sur le mur (je vous avais prévenu que la tong était redoutable !). Je peux enfin dormir, enfin du moins essayer car il fait 40 degré à Yola, que la clim ne marche pas et que le ventilateur tourne à la vitesse faramineuse de 1 tour toute les 3 minutes…
Le lendemain, départ pour Ganye (c’est pas gagné, ahah), nous sommes presque à la frontière du Cameroun. A peine arrivée dans ma chambre, je découvre que ma salle de bain est habitée par une araignée qui se tape un marathon sur mon mur comme si sa vie dépendait du nombre de tour de baignoire qu’elle ferait. Comme je ne voulais pas faire de jalouses, ni une ni deux, j’attrape ma tong dévastatrice et je l’explose littéralement.(roh cesse d'employer cette expression idiote, dirait mon papa!) Comme ça au moins, je lui ai donné une raison de faire son marathon. Je me débarrasse du cafard qui agite frénétiquement ses pattes à côté de mes toilettes (il avait peut-être une envie pressante…) et je quitte ma chambre pour aller manger (beaucoup trop mangé d’ailleurs !).
Ganye c’est sympa, y’a pas de réseau pour le téléphone portable (est-il bien utile de préciser qu’évidemment les fixes ne marchent pas), mais y’a des poulets grillés délicieux ! Le petit déjeuner à la guest house consiste à ingurgiter une omelette géante accompagnée de tranches d’ignames frites avec du stew et de la viande, c’est léger tout ça dites moi !
Cette région du pays est encore très verte, beaucoup plus que Jos du moins et couverte de montagnes (mmmh quand je pense aux randos que j’aurais pu faire…).
paysage_a_mettre
a_mettre2

Je vous mets un petit album photo (Yola + Ganye) parce que je ne peux pas tout mettre sur la page principale (bah oui 220 photos en 5 jours ça fait beaucoup !)
a_mettre3

Bon à part ça, le boulot (oui parce qu’on dirait pas comme ça mais on est venu pour bosser quand même… Comment ça « mon œil ? » Si je vous l’dis…) Nous sommes ici pour entrainer les professeurs et directeurs d’écoles (et d’autres personnes mais j’ai pas bien compris qui c’était) à diagnostiquer la cataracte. En gros, HKI est associé avec d’autres ONG, l’OMS et le gouvernement, et les gens qui travaillent sur la vision font la présentation sur la cataracte (en anglais et en hausa) qui consiste à expliquer le fonctionnement de l’œil, qu’est ce qui se passe quand on a la cataracte (la lentille devient opaque au lieu d’être transparente), comment on la diagnostique et ce qu’on fait quand on a trouvé quelqu’un qui a la cataracte (on paniiiiiique ! mais non on l’envoie à l’hopital pour se faire opérer bien sur).

meeting
Et notre boulot à nous, c’est d’évaluer la qualité de la présentation, donner des idées pour améliorer (faire un test de connaissance avant et après, écrire les choses importantes au tableau, poser des questions pour vérifier que tout a bien été assimilé), organiser des meetings pour faire le point, bref s’occuper de la gestion du workshop. C’est intéressant.
Le gars qui doit faire la présentation me demande :
« Doctor, should I start ? »
Moi (le temps de réaliser que doctor c’est moi)
« Euh… Yes yes, you can start »
(alors que je n’en ai pas la moindre idée… mais comme je suis la seule staff d’HKI présente, je me permets de m’enflammer un peu !).
J’adore aller dans les écoles et les villages, c’est plein de vie et ça respire la joie malgré la pauvreté, une vraie leçon de positivisme. Quand ils me voient, ils se précipitent pour me dire "Good morning Madam, how are you ?" tous en coeur, alors moi (je suis polie), je réponds "Good morning pupils, I'm fine, thank you, how are you?" (quel échange !)
classe

Les enfants sont absolument adorables, ils ont des bouilles à croquer…
bb_dort

On en profite aussi pour se balader un peu avec Peter au marché et faire un tour en voiture pour prendre des photos.
_pices grains

yam

Tout ça pendant 3 jours. Puis c’est le retour à Yola et ensuite à Jos. Le retour, c’est comme l’aller sauf qu’on a 40 kilos d’ignames, 20 kg de tomates, 15 kg d’oignons, 36 melons, 4 pastèques, 50 kg de charbon et 3 poulets vivants entassés à l’arrière du pick up.
poulet

Avec la fatigue et tout, une petite nostalgie m’envahit…
paris

Que faire dans ces cas-là ?
1 : Prier
2 : Manger du chocolat
Ou bien les deux en même temps…
priere
3 : Faire un soirée guitare en mangeant de la pepper soup et en chanant des vieilles chansons avec Yves, ça me rappelle mes jolies colonies de vacances… (merci papa, merci maman... !)
guitare